Témoignage cougar anonyme

Femme cougar avec un gigolo

Une femme cougar avec un gigolo de 19 ans

Je me suis payée un gigolo de 19 ans !

Je sais pertinemment que je vais m’attirer les foudres des membres du site, en tout cas de quelques-uns, mais d’une certaine manière j’ai besoin de libérer ma conscience. Alors bien sûr il ne s’agit pas d’un crime, mais j’avoue qu’en prenant un peu de recul j’ai un peu honte. J’ai 47 ans et l’an dernier j’ai passé une soirée en charmante compagnie. Il était beau comme un Dieu et son corps je ne vous en parle même pas…

Moyennant quelques centaines d’euros, je me suis offert ses « services ». De toute manière je me doutais bien qu’avec un tel physique il devait coûter la peau des fesses. C’était la première fois que je recourais à un gigolo et je dois reconnaître que j’en ai eu pour mon argent !
En dépit de ses 19 ans, c’était un amant infatigable, et très doué avec sa langue, ce qui est chose rare à cet âge. Après coup, j’ai éprouvé des remords et c’est la raison pour laquelle j’ai pris la résolution de ne plus jamais solliciter les services d’un escort boy. Dorénavant quand j’ai envie d’une relation avec un jeune homme, je passe par internet et en plus c’est gratuit.

Sur le moment, c’est-à-dire pendant nos ébats je pense que je ne réalisais pas que c’était de la prostitution. En fait j’ai accusée le coup un peu après son départ et j’en ai été un peu chagrinée. Dans le fond, je me suis dit que je ne valais pas mieux que tous ces vieux bonshommes qui s’offrent les faveurs sexuelles d’une professionnelle du sexe ! À présent, tous les jeunes hommes que je rencontre viennent vers moi par envie, pas par vénalité et ça change tout !

Témoignage femme cougar

Témoignage de femmes cougars…

Témoignage cougar de Béatrice

Jeune couple dans un train de nuit…

Bonjour, je m’appelle Béa et mon profil est toujours actif pour ceux que ça pourrait éventuellement intéresser (sait-on jamais…).
Je vais vous raconter ce qui m’a donné envie de faire l’amour avec un petit jeune. Mon fantasme est apparu suite à un voyage dans un train de nuit. J’occupais la couchette du haut et je ne parvenais pas à trouver le sommeil à cause des mouvements incessants du wagon et en raison de toutes sortes de vibrations assez désagréables. Les deux couchettes du bas étaient occupées par un jeune couple. Ils devaient avoir entre 18 et 20 ans et sur le moment je me souviens avoir trouvé scandaleux que leurs parents les laissent voyager seuls et de nuit. J’avais les yeux fermés quand j’ai commencé à entendre une petite voix. Au début je n’y est guère prêtée attention, mais j’ai finis par tendre l’oreille. Il s’agissait de petits gémissements étouffés et ça venait de mon compartiment. J’ai pesté dans ma tête et je me suis penchée pour voir ce qu’il en était. Au fait, il faut que je vous précise que je suis nyctalope. Ma vision est excellente dans l’obscurité, y compris dans la pénombre la plus totale.
J’ai tout de suite vu que le jeune homme avait glissé sa main entre les cuisses de sa copine et qu’elle appréciait beaucoup ce qu’il lui faisait. Cette vision digne d’un film voyeur m’a terriblement excitée, j’avais chaud au visage et je respirais tout doucement pour ne pas qu’ils regardent dans ma direction.
J’ai très bien vu la façon dont les reins de la demoiselle se cambraient en rythme pendant qu’elle se faisait doigter de plus en plus frénétiquement. Soudain ils se sont arrêtés net et j’ai cru qu’ils m’avaient repéré.

En fait, le jeune homme a retiré son pantalon. Il portait un caleçon noir avec une bande blanche. La petite main de sa copine allait et venait sur son sexe. On aurait dit qu’elle peinait à en faire le tour, mais c’était peut-être une impression ou juste le reflet de mon imagination. Elle a commencé à embrasser le membre turgescent par-dessus le boxer. J’étais toute mouillée et je retenais ma respiration comme une apnéiste de peur d’être prise sur le fait.
Je ne sais pas ce qui s’est passé juste après, mais j’ai vu le sexe du jeune homme. Apparemment il semblait imposant et tellement raide qu’elle avait du mal à le manipuler. J’ai très vite entendu des bruits de succions et je n’ai pu m’empêcher de me caresser le sexe. Jusqu’à ce moment-là, je m’étais contentée de l’effleurer par-dessus ma petite culotte, mais le désir était tellement fort. J’avais envie de descendre et de les rejoindre pour sucer à mon tour ce petit jeune qui bandait si fort…
Je vous épargnerai la suite, mais plus j’y songe et plus je me dis que c’est à partir de cette nuit là que mon fantasme cougar a vu le jour et qu’il n’a cessé de prendre de l’importance dans ma vie de femme.
Béa

Femme cougar témoigne

Une femme cougar qui témoigne…

Témoignage cougar de Valérie

Avec le fils de ma meilleure amie !

Je ne suis pas spécialement fière de mes actes et si jamais mon expérience malheureuse peut servir de leçon à l’une d’entre vous j’en serais très contente. Il y a 4 ans j’avais une amie extra qui s’appelait Alexandra et nous étions très complices. Un jour j’ai remarqué que son fils me regardait étrangement et c’est de cette façon que tout a commencé. Il avait 18 ans et tout pour lui. De beaux yeux clairs, un sourire ravageur, il était grand, fort et il m’a fait fondre au premier regard.

J’étais tellement troublée les rares fois où je le croisais que j’avais l’impression que l’on ne voyait que ça. Un soir Alexandra m’a demandé de lui rendre un service et tout compte fait j’aurai dû refuser. Sa voiture était une fois de plus en panne et elle me demandait si je pouvais déposer son fils à la faculté.
J’étais tellement excitée à l’idée de me retrouver seule avec lui dans la voiture que j’ai très peu dormie. Le lendemain matin, je m’étais faite toute belle pour l’occasion lorsqu’il est monté dans la voiture. J’étais fébrile et il s’en est rendu compte.

Sur la route il m’a regardé en souriant et il m’a dit qu’il me trouvait charmante. J’ai garé la voiture dans un parc public et nous nous sommes fougueusement embrassés. Il m’a touché les seins assez maladroitement. De toute façon, la poitrine n’a jamais été une zone érogène pour moi alors j’ai attrapé sa main et je l’ai posée entre mes cuisses. Il y avait tellement de passage que c’était impossible de faire l’amour et nous n’avions pas le temps de prendre une chambre d’hôtel. Je lui ai administré une fellation. J’ai sucé le fils de ma meilleure amie et il a abondamment joui dans ma bouche, ses doigts étaient crispés dans mes cheveux…
Par la suite et sûrement plus par bêtise que par méchanceté il s’est vanté de cette fellation auprès de quelques-uns de ses amis dans notre quartier. Le résultat ne s’est pas fait attendre puisque sa mère est venue me trouver sur mon lieu de travail quelques jours plus tard. Elle m’a insultée de tous les noms d’oiseaux et m’a giflée devant mes collègues. Je regrette infiniment d’avoir perdu son amitié, j’ai tout gâchée et je m’en veux toujours…
Valérie